L’ablation de la thyroïde… et après ?

Cicatrisation, retour au quotidien, suivi médical… La détection d’un cancer de la thyroïde, débouchant sur une thyroïdectomie, engendre une légère modification du quotidien. L’équilibre hormonal auparavant produit par la glande thyroïde doit à présent être compensé. Seul indice de la chirurgie robotique thyroïdienne : une discrète cicatrice axillaire.

Les conséquences post-thyroïdectomie

Après une ablation totale de la thyroïde, un temps de récupération est nécessaire. Il est toutefois plus court en chirurgie robotique qu’en chirurgie traditionnelle car elle est moins invasive.

Des études suggèrent d’ailleurs que, comparé à la chirurgie par cervicotomie, la chirurgie robotique tend à diminuer les douleurs postopératoires et les troubles sensitifs. Concernant le changement de voix et le trouble de déglutition postopératoires, les auteurs d’études médicales concluent qu’elles sont meilleures après une chirurgie thyroïdienne robotisée. Leur origine peut être due à la réduction des adhérences entre les muscles sous-hyoïdiens, les tissus sous-cutanés et la peau, du fait de l’absence d’incision cervicale antérieure.

Les résultats esthétiques

Selon des témoignages concernant l’opération de la thyroïde, l’aspect de la cicatrice est très important. Pour les patientes et les patients, c’est d’ailleurs très souvent la source de leur choix pour la chirurgie robotique. En effet, avec la thyroïdectomie robotique, la longue cicatrice axillaire (à l’aisselle) est dissimulée lorsque le bras est en position naturelle. Un résultat esthétique à la hauteur des attentes.

Comparé à la chirurgie cervicale conventionnelle, on a également constaté une diminution de la douleur cervicale, des troubles sensitifs, de la dysphonie et des troubles de déglutition. L’impact sur la vie quotidienne (physique, bien-être émotionnel, image corporelle et activité sociale), habituellement affectée lors d’une ablation totale ou partielle de la thyroïde, est ainsi minimisé.

Le suivi postopératoire de la thyroïde

Après la suppression de la glande thyroïde, un test par scintigraphie à l’iode 131 radioactif permet de s’assurer de l’efficacité de cette chirurgie. Un suivi de la cicatrisation et de l’état général permet également de garantir qu’aucune complication ne s’est développée.

Un mois après la thyroïdectomie robotique, un suivi médical (réalisable à distance par appel vidéo) permet de vérifier la cicatrisation et, si besoin, de prescrire un traitement adapté.

Puisque la glande thyroïde a été retirée, il est nécessaire de prendre un traitement hormonal de substitution. Cela permet d’apporter à votre organisme les hormones thyroïdiennes qui ne sont plus produites naturellement.

Je propose aux patients habitant à l’étranger ou loin de Paris, une vidéo-consultation permettant de faire le point sur le suivi et d’éviter un déplacement. Rendez-vous sur ma fiche Doctolib et choisissez dans le menu « Motif de consultation » la rubrique « Consultation vidéo – patient suivi ».